• Caroline STIL, Diplômée de l'Ecole du Louvre

2014

2014 L’année des décors

* Quatre dessus de porte- Italie du Nord-Anonymes début du XVII° siècle

Un dégât des eaux a motivé les propriétaires de cet adorable décor à consulter l’Atelier du Regard pour maintenir sa conservation et rétablir la beauté initiale de ces tableaux.

Installés depuis plusieurs siècles dans une salle chauffée par une cheminée ouverte, leur encrassement était important et masquait à peine de nombreuses restaurations anciennes (essentiellement des retouches à la peinture à l’huile contenant du plomb et devenues visibles car très oxydées). Éternelle bataille du restaurateur avec les matériaux anciens parfois difficilement réversibles !

Dans toutes les zones au climat continental, ce type de demeure n’étant occupée que de façon saisonnière, les variations hygrométriques étant importantes, les tableaux sont conservés dans des conditions très proches des œuvres ornant les églises et présentent de la même façon des zones d’écaillage importantes des peintures: l’humidité provoque des gonflements de toile et des retraits ainsi qu’une disparition de la sous-couche de colle.  Le rôle du restaurateur est alors de stopper toute perte supplémentaire et de maintenir la cohésion de ce qui est toujours présent.

Les tableaux ont également des problèmes de champignons, de vernis chanci et sont couverts sur certains bords d’éclat de peinture en bâtiment blanche.

L’intervention a duré six mois (restauration en atelier après déposition du décor). Merci aux propriétaires pour leur confiance renouvelée.

* Sept panneaux décoratifs provenant de la chambre de la Marquise de Barbentane- Émile Bussière 1923

Le second décor achevé cette année à l’Atelier du Regard provient du château de Saint-Jean-le-Priche (71), plus exactement de la chambre de la Marquise et se présente sous la forme de sept panneaux de 188 cm de haut et de largeurs différentes; il a été réalisé à la demande de la Marquise par Émile Bussière (1865-1944) en 1923.

L’entreprise de décoration fondée par Victor Bussière à la fin du XIX° siècle a perduré à Mâcon après son décès en 1905 grâce au talent de ses fils Gaston et Émile, dans un contexte d’esthétique ornementale marqué par le souvenir de l’invention du papier peint décoratif « panoramique » par  Joseph Dufour. On leur doit de nombreuses décorations monumentales locales: plafonds et murs de la salle du conseil de la Mairie de Mâcon, chapelles dans l’église St Pierre, la cathédrale, le théâtre et décors conservés au Musée des Ursulines (à ce propos, consulter le précieux et passionnant catalogue de l’exposition du musée sur « Les peintres décorateurs du mâconnais au XIX° siècle »). Les trois Bussière ont régulièrement participé au Salon de peinture de Lyon.

Émile Bussière a également côtoyé cette autre grande figure locale , le peintre Claude Honoré Hugrel (décédé comme lui en 1944). La comparaison s’impose avec l’œuvre de ce dernier « crépuscule mâconnais », restauré à l’Atelier du Regard en 2007 (voir le blog 2007) même type de toile et de châssis, mêmes encrassements et même teinte du vernis devenue totalement jaune et surtout, au bout du travail, la redécouverte d’une même palette chez les deux artistes, celle du début des années 20.

Émile Bussière, Mâcon, 1923: Vue sur la Saône du Parc du Château de Saint Jean avec l’ile: Avant décrassage-avant allègement du vernis et après restauration complète.

Les oeuvres sont parvenues roulées à l’Atelier après avoir été déposées pour leur sauvegarde, le décor réalisé à même le mur du plafond  du vestibule du château par Émile Bussière  en 1891 ayant été repeint en blanc à la vente du château, il a de fait totalement disparu.


Ces décors avaient entre-temps séjourné dans une maison en région parisienne; l’un des panneaux se vit découpé pour être adapté sur une porte de cuisine (un trou étant réalisé à l’usage de la clanche). Tous avaient souffert de perte de matière picturale suite à leur stockage enroulé, plusieurs, faits souvent de deux lais, tenaient par de faibles moyens et réclamaient clairement la remise sous tension sur châssis à clefs, devenant des tableaux de chevalet après avoir été enchâssés dans les boiseries de la chambre de la Marquise.


Celle-ci apparaît dans un repentir sous une couche pas assez épaisse pour la recouvrir totalement: cet aimable clin d’œil à la commanditaire de ce tableau se retrouve par touches dans les panneaux: ici un panier, des gants, une écharpe, un chapeau…et la barque près d’un kiosque est belle et bien celle du marquis !


Émile Bussière a inventé pour la Marquise un décor de jardins éternellement fleuris de roses, une promenade automnale dans le parc, un véritable jardin intérieur.

Actualités 2014

* Thorald Laessoe: un peintre danois à l’Atelier du Regard

Il y a un an, le (sublime!) musée La Piscine à Roubaix présentait une rare exposition consacrée à l’école de peinture danoise; permettant au public de découvrir cette école peu connue et peu abordée, y compris à l’École du Louvre, dans son enseignement général. C’est avec le plus complet ravissement que l’Atelier a reçu quelques mois plus tard une œuvre de Thorald Laessoe (1816-1878) d’assez grand format (les danois semblaient beaucoup affectionner les petits tableaux intimistes).

Après quelques recherches, il semblerait que le château qui figure sur ce tableau représenterait le Domaine d’Egeskov sur l’île de Fionie au Danemark. Il a été crée à partir de 1554; il a en partie un aspect défensif parce qu’il a été réalisé en des temps d’instabilité politique et religieuse. Il est très visité depuis 1989, année de l’ouverture des pièces intérieures au public. La chaîne de télévision CNN Travel lui a décerné la place de douzième jardin le plus spectaculaire au monde. Mais surtout, quand on regarde de plus près, on découvre plusieurs minuscules couples dans le tableau (un presque effacé sous le vernis jaune au balcon, un autre dans une barque…) et il se trouve que ce Château sert de réception pour les lunes de miel des riches mariés de Copenhague depuis environs le 16° siècle et sert toujours actuellement puisque certaines salles du château sont louées pour des mariages…on peut facilement imaginer que ce grand format est une commande d’un particulier en cadeau nuptial, afin de garder le souvenir d’un mariage !

Autre bonne surprise de ce bichonnage (le tableau nécessitait surtout un allègement du vernis oxydé très jaune) c’est la découverte d’une date gravée dans la masse lors de l’allègement du vernis : 1841 ! Elle était très peu visible sous l’épais vernis miel et l’est désormais de nouveau sous le fin vernis Regalrez…et on sait maintenant que le peintre a réalisé ce tableau à l’âge de vingt-cinq ans !


* Journées du Patrimoine 2014 à St Martin Belle-Roche (71) avec l’Association Saint Martin Belles Pierres au Vieux Château

Un merveilleux week-end grâce à cette association très dynamique et très accueillante: un grand merci à M et Mme Cortier ainsi qu’à M et Mme Cotessa et à tous les artistes qui ont exposé et qui ont rendu ce moment si magique !

* Stage de Stéphanie Rey, élève de cinquième année de l’Ecole de Condé (Lyon-Paris).

Après Charlotte Franier en 2011 (alors élève de troisième année et diplômée depuis-félicitations !), l’Atelier du Regard  a accueilli cette année une élève de cinquième année, Stéphanie Rey pour un stage de dernière année d’une durée de trois mois.

L’idée étant d’explorer toutes les facettes du métier, Stéphanie a participé à la restauration du support des derniers panneaux du décor d’Émile Bussière (voir page 2-2014) ce qui l’a familiarisée avec de plus grands formats que ceux qu’elle avait étudié via l’école de Condé, et un client a aimablement accepté de lui confier une œuvre de famille.

* Portrait dit de « Gisèle »

Cette douce inconnue baptisée « Gisèle » dans le cadre de l’organisation d’une vente de tableaux comportant de nombreux portraits anonymes (!) a retrouvé les couleurs de la vie, sa robe noire à dentelle et plumetis se lit nettement mieux et le fond est passé d’un gris fumoir à un bleuté en accord parfait avec son regard…

Restauration du cadre: Frederic Nicol, Atelier Restaur’art, Lyon 69002

Publié dans Evénements | Commentaires fermés

Paul-Albert Girard (1839-1920)

Prix de Rome en 1861, peintre orientaliste (Algérie et Kabylie), portraitiste et paysagiste, élève d’Hippolyte Flandrin. Beaux-arts de Paris. Séjourne à la Villa Médicis. Expose au salon de Paris de 1859 à 1880. Lui-même fils de peintre et frère d’un prix de Rome (sculpture).

Lire le reste de cet article »

Publié dans galerie, paysages et vues | Commentaires fermés

Edouard Antoine Marsal (Montpellier 1845-1929)

Scène de sulfatage des vignes

Lire le reste de cet article »

Publié dans galerie, paysages et vues | Commentaires fermés

Guillaume Descamps

Guillaume-Désirée-Joseph Descamps est né en 1779 à Lille, décédé à Paris en 1858. Peintre et graveur, il fut élève de Cabanel. Il remporta le second prix de Rome en 1802

Lire le reste de cet article »

Publié dans Prix de Rome, galerie | Commentaires fermés

Marines

Marine de Charles Diebold

Format 8 M, vers 1850


Publié dans galerie | Commentaires fermés

2013

Le 17 Avril 2013 : l’Atelier du Regard fête ses dix ans !!!

Des invités de marque à l’Atelier: Stéphane Mallarmé (1842-1898) par Eugène Carrière (1849-1906)

Voici une œuvre qui a souffert d’une déchirure franche lors d’un déménagement. La restauration du support accompagnée d’une restauration de la couche picturale a permis au tableau de retrouver une gamme légèrement colorée et une douce lumière représentative des œuvres de jeunesse d’Eugène Carrière (il ne peindra l’essentiel de son œuvre qu’avec des tons de terre, de sépia et d’ocres).

Saint Jean-Baptiste et l’agneau d’après les cartons de Titien (copie du XVII° siècle, église de Jouvençon)

Cette belle oeuvre est une copie d’un tableau de Titien dont l’original est conservé à l’Academia de Venise. Le maître a produit plusieurs variantes sur le sujet; il en existe un autre par exemple conservé au Musée du Prado à Madrid qui a été très étudié puis restauré ce qui a donné lieu à un article passionnant dans le journal Le Figaro qui m’a permis de mettre en relation les largeurs des lais de toiles identiques.

Titien conservait beaucoup de cartons que ses élèves reproduisaient à la demande…ce tableau sort-il précisément de son atelier? Cela reste à prouver !




Publié dans Evénements | Commentaires fermés

2012

Cuisery : fin de la deuxième campagne de restauration des tableaux de l’église Notre-Dame

En quittant le Beaujolais pour le clunysois, l’Atelier du Regard a tourné également une page de son histoire en achevant « en beauté » la deuxième campagne de restauration de cinq tableaux grâce aux volontés conjointes de la Mairie de Cuisery, de l’Association pour la restauration de l’église menée de main de maître par Paul Perrault ainsi que la générosité des mécènes privés et le soutient de la Fondation du Patrimoine de Bourgogne. Un don exceptionnel a été fait par M Arnaud Montebourg, président du Conseil Régional de Saône et Loire afin de pouvoir ajouter à la liste des œuvres soignées la sublime « Adoration des bergers » (photos ci-dessous) d’un beau format (220 x 175 cm). Les travaux ont été réalisés avec l’aimable accord de M André Strasberg, conservateur en chef des Monuments Historiques du département.

Que toutes les personnes concernées de près ou de loin soient ici remerciées !

Le support a été restauré à l’Atelier Artop, par M Michel Huet et son assistante Cyrielle Esbach; la couche picturale a été restaurée à l’Atelier du Regard,  (Chânes puis Mazille).

Quelques éléments avant-après restauration :

Comme sur le reste du site, vous pouvez cliquer sur les images pour obtenir un diaporama en grand format qui se ferme en cliquant sur la croix en bas à droite…

Une troisième souscription sera ouverte au printemps par la mairie car il reste encore quelques beautés à restaurer. Cuisery est l’exemple type d’une commune qui prend en considération la valeur esthétique et historique de son patrimoine et qui n’a pas hésité à faire appel à la Fondation du patrimoine pour rendre son projet financièrement réalisable puisque son action cumulée à celle des mécènes privés a permis à la ville de ne fournir qu’un tiers des frais d’intervention !

Remerciement spécial pour l’Atelier Restaur’art de Lyon (restauration des cadres), M Michel Huet et son assistante pour le beau travail de restauration du support et enfin, merci à M Thomas Gilles et à Maître Perrault.

21 Mars: c’est le printemps !

La lumière est magnifique, les jardins aussi, pourquoi pas aussi vos tableaux ! Toute oeuvre qui a plus de cent ans a besoin d’un nettoyage, après avoir absorbé un siècle de chauffage, de tabac, de poussière, de suie de cheminée, de dépôts d’insectes…tant d’ennemis des tableaux qui altèrent la lecture de la gamme chromatique !

Un exemple de saison, extrait d’un impressionniste hongrois.

30 Mars 2012 : Conférence à Chaintré

Passionnés de restauration ? Une petite conférence aura lieu le 30 mars  vers 15h30 (soit à l’église qui sera chauffée, soit à la salle polyvalente) à propos de la restauration de la Madeleine repentante de Chaintré (voir photos sur le blog 2011) à l’initiative de l’Association culturelle Cantriaca qui a rendu le projet réalisable.

Interviendront : M Camille Biot (historique du sujet), Melle Mathilde Noblet (intervention sur le support) et moi-même (intervention couche picturale).

Accès libre et gratuit.

15 et 16 Septembre: Journées du Patrimoine à l’Abbaye de Cluny

Cette année, le thème des journées du Patrimoine, « Patrimoines cachés » offre un sujet rêvé pour présenter le métier de restaurateur d’objets d’art.

M François-Xavier Verger et son assistante Mme Virginie Goutayer me font l’honneur de m’inviter dans le cadre prestigieux de l’Abbaye de Cluny.  Je vous présenterai les différentes facettes de la restauration de tableaux.
L’entrée est bien entendu libre et l’Abbaye vous révèlera des endroits encore inconnus du public…

Deux bonnes raison de venir à Cluny ce week-end là ! Lire le reste de cet article »

Publié dans Evénements | Commentaires fermés

2011

Cuisery : deuxième tranche des travaux

Forte de la réussite de la première tranche de restauration des tableaux de l’église, la Mairie et l’association pour l’église ont proposé une seconde série d’œuvres à restaurer.

M le maire Jean-Marc Lhere et Maître Paul Perrault ont renouvelé leur confiance auprès de l’Atelier du Regard pour la restauration des tableaux et l’Atelier Restaur’art (69002 Lyon) pour la restauration des cadres dorés. Le chantier s’est déroulé sous la direction de M André Strasberg, Conservateur en Chef des Monuments Historiques de Saône et Loire.

Ci- dessous l’appel au mécénat privé de la Fondation du Patrimoine ainsi qu’une première œuvre restaurée.

Printemps 2011

De l’art contemporain à l’Atelier du Regard

Quelques petites entorses aux règles de l’art classique dans la mise en oeuvre -certains diront que c’est au profit du génie créateur…- et une mauvaise conservation ont mené cette oeuvre à peine plus âgée que moi à l’Atelier. Je l’avoue, les oeuvres des 17/18 et 19° siècle me sont plus familières que « l’abstraction lyrique » de la fin du 20° siècle, de fait, il m’a fallut pas mal de recherches avant de dresser un constat d’état correct et avant de me lancer dans une intervention. Des choix se sont présentés également (Quel type de colle par rapport aux matériaux ? Comment conserver le châssis fabriqué par Mathieu alors qu’il est ravagé par les insectes  et qu’il n’assure pas une bonne tension ? Retoucher avec quel type de pigments ?)…Finalement, les retouches à l’aquarelle se sont très bien adaptées à la couche picturale.


Eté 2011

La Madeleine repentante de Chaintré



Au début de l’été a pris fin la restauration de la Madeleine de l’église de Chaintré ( restauration du support Mathilde Noblet, restauration de la couche picturale Caroline Stil). Ce tableau est une copie de la très belle création de Guido Reni conservée à Rome; il a été réalisé après les guerres de religion, et la belle sainte s’est pudiquement couverte la poitrine de sa magnifique chevelure de même que les anges se sont vêtus afin de ne pas choquer le public français !

Merci à Camille Biot et à Etienne Ravy, trésorier et président de l’association culturelle Cantriaca qui a financé l’intervention. Merci également à Maître Jérôme Duvillard (Quai des enchères, salle des ventes de Mâcon) pour son éclairage historique et esthétique de l’œuvre et son aimable participation au projet.

Publié dans Evénements | Commentaires fermés

2009-2010

Automne 2008/Printemps 2009

Enseignante en Histoire de l’Art – Ecole d’Art Municipale de Mâcon

Juin 2009

Restauration de trois tableaux du chemin de croix de la Cathédrale St Vincent de Mâcon (œuvres de L Chovet, France XIX° s)

Automne 2009/ Printemps 2010

Restauration de cinq œuvres inscrites au répertoire des Monuments Historiques; Patrimoine de l’église de Cuisery.

Commande de la Mairie soutenue par une souscription privée menée par maître Paul Perrault et l’Association pour l’église, complété au tiers par la Fondation du patrimoine, sous la direction du conservateur en chef des Monuments Historiques de Saône et Loire. Pour plus de renseignements, ne pas hésiter à visiter le site de la Fondation du Patrimoine.

Cadres restaurés par Restaur’Art Lyon (www.restaurationdart.com); tableaux, Caroline Stil.

  • La Sainte famille, anonyme de la fin du 18° siècle
  • Lamentations sur le corps du Christ
  • Saint Michel terrassant le dragon, anonyme du 19°siècle
  • Saint Jérôme/Saint Antoine, découverte de la signature et date partielle lors de la restauration : P.Courtois 177…
  • La Circoncision, anonyme, copie ancienne d’un tableau du Parmesan

Juin 2010

Accueil d’une stagiaire de l’Ecole de Condé : Charlotte Franier (3° année). Approche d’une œuvre dans un état de dégradation extrême : chanci profond et ancien sur surface très accidentée. Sondages, refixages, cartonnage. Réflexions sur la protection des restaurateurs lors des interventions et les manipulations de produits chimiques, sur les limites possibles de régénération d’une oeuvre du 16° siècle qui a subi a la fois un certain nombre de restaurations antérieures ayant laissé des traces, ainsi que l’œuvre du temps, assez souvent aux quatre vents…

18 & 19 Septembre 2010

Journées du Patrimoine

*Mâcon: Ouverture au public exceptionnelle de l’Hôtel de Préfecture de Saône et Loire où sont visibles quatre grands tableaux de Charles Donzel (datés de 1865), deux portraits des années 1820 de Pierre-Victor Olagnon ainsi qu’une copie du 19° siècle d’un tableau de fleurs de Van Huysum, tous restaurés à l’Atelier du Regard.

*Eglise de Cuisery: Présentation au public des cinq œuvres inscrites aux Monuments Historiques (Images des interventions avec explications sur Power Point). Informations délivrées par Maître Paul Perrault sur l’historique de la mobilisation d’associations locales et de la mairie pour faire un appel au mécénat privé; le tout étant complété par la Fondation du Patrimoine lorsque les conditions sont réunies pour que le chantier soit validé. Le chantier ne coûte alors plus que le tiers aux mairies qui peuvent plus aisément faire prolonger la vie du patrimoine de leur ville ou de leur commune en faisant appel à des restaurateurs.
Tableaux restaurés entre fin 2009 et juin 2010.

Publié dans Evénements | Commentaires fermés

2008

Février 2008

Conférence au Musée Chintreuil (Pont de Vaux)  pour la réunion annuelle des Amis du Musée Chintreuil.
Histoire des pigments, Evolution des couleurs à travers les siècles, de la préhistoire au XIX° siècle.

Avril 2008

Restauration du portrait de St Claude, non classé, choeur de l’Eglise de Prissé (71)
Tableau restauré par Caroline Stil, cadre en bois doré restauré par l’Atelier Restaur’art (Lyon)

Juin 2008

Conférence « Histoire des pigments » Médiathèque de Mâcon

Eté 2008

Fin de la restauration des quatre œuvres peintes non classées du chœur de L’église Saint Pierre de Mâcon

- Saint Joseph et le Christ, fin du XVII°s, anonyme, entourage de Mignard.

-Saint Jean-Baptiste prêchant dans le désert, Charles Valfort, 1838.

-Déposition du Christ, copie de Jean Jouvenet (original au Musée de Dijon, réalisé pour les Ducs de Bourgogne)

- Déploration des trois Marie, copie anonyme de Pierre Paul Prud’hon (Cluny1758-1823), Premier quart du XIX°s. Original au Musée du Louvre.

Commande de la direction de culture de la Mairie de Mâcon, M Claude Vigoureux, directeur et Mme Jacqueline Falconnet, élue à la culture.

Oct-déc 2008

Atelier du Parvis Saint Marcel (Cluny) Mme Juliette-Rollier Hanselmann, Restauratrice agrée

Musées de France et Monuments Historiques, chercheur en hautes études romanes.

- Sondages des peintures murales de l’Eglise de Ste Huruge (Saône et Loire)

Mise à jour d’une litre funéraire.

-Consolidation d’une peinture murale de la deuxième guerre mondiale. Mairie de Belleville sur Saône (69)

-Interventions de restauration sur un tableau de la Cathédrale d’Autun et sur les œuvres du Musée de Nuits-Saint-Georges : constats d’état, photos,

facings, remises sous tension des toiles, refixage des couches picturales, reprises structurelles des surfaces, nettoyages au triamunium citrate 1 et 3°/°,

retouches en base aquarelle et au paraloid.

Publié dans Evénements | Mots-clefs : , | Commentaires fermés