• Caroline STIL, Diplômée de l'Ecole du Louvre
galerie
portraits

Buveur de bière-Anonyme flamand-circa 1630/40

Description

Huile sur toile

Le buveur de bière

Non signée dans le style de Frans Hals (1580-1666) et Jan Seghers

École  flamande du XVII° siècle (1620/30)

76,3 Ht X 57,5 cm L

Examiné le 23 Avril 2015

Historique

Ce tableau évoque le joyeux buveur de Frans Hals daté de 1628/30 qui mesure 81 Ht X 66,5 cm conservé au Rijksmuseum d’Amsterdam.

Si le peintre était habitué à réaliser le portrait des grands personnages de Hollande, il a aussi représenté des hommes et des femmes du peuple : des fêtards du mardi-gras, des musiciens, une marchande de légumes, la folle de Haarlem et un joyeux buveur. Ces portraits sont à eux seuls des scènes de genre dont les thèmes intéressent également les peintres caravagesques d’Utrecht. Ils étaient destinés à donner des « impressions de la vie quotidienne ». Ils sont parfois qualifiés de « portraits de caractère ».

Il existe plusieurs points communs entre les deux « buveurs » : même palette, même fond brun-vert, même touche nerveuse et détaillée dans le traitement des chairs, même mise en place des personnages dans l’espace avec le même large chapeau.

Différences notables : le « buveur » du Rijksmuseum est un plus noble personnage (verre plus petit et plus raffiné, bijoux, fraise très élégante) que ce capitaine de la Garde plus jeune et plus populaire aux mains terreuses et au col ouvert. Leur attitude diffère aussi: le buveur de Frans Hals se présente dignement, tandis que ce « buveur » laisse éclater sa joie.

Par ailleurs, la touche de Frans Hals se présente souvent en zones de hachures colorées tandis qu’ici, la touche est ronde en tous lieux (lumière sur le visage, barbe et cheveux, chapeau et verre, broderies et pommeau d’épée); il s’agit donc d’un autre peintre, de l’entourage du maître flamand.

Ce tableau a perdu son châssis d’origine et il est rentoilé, ce qui laisse peu d’indications pour une identification certaine au niveau du support mais la couche picturale est remarquable de finesse et de qualité de mise en œuvre.

Constat d’état

* Support :

Châssis sans clefs du XIX°s. Toile et tension très corrects ; la toile a été rentoilée, sans doute au même moment que le changement de châssis. Le tout est empoussiéré et bordé de papiers journaux. Ces extraits de journaux évoquent en partie la vie des peintres célèbres (Le Baron Gros, Corot…), la situation en Europe, ainsi que deux évènements qui permettent d’isoler la date précise de 1841: le premier avec une évocation de la visite du Maréchal Bugeaud à Alger-il y a fait deux voyages: en 1839 et en 1841- et le gouvernement du prince de Mecklembourg-Schwerin-décédé en 1842-.  La toile a donc été rentoilée durant la seconde moitié du XIX° siècle. Il semblerait que le « rentoileur » ait utilisé une technique fiable mais il manquait sans doute de confiance en lui puisqu’il a commis la regrettable erreur de consolider son travail en clouant directement sur la couche picturale des bords du tableau (à l’exception du bord supérieur) une quinzaine de petits clous qu’il a ensuite recouvert en partie par les bordages de papiers journaux, entraînant de regrettables pertes de peinture.

Cet article a été publié dans galerie, portraits. Bookmarker le permalien. Les commentaires et les trackbacks sont fermés.